top of page

Originaire de Lotbinière, je vis et travaille à Québec où je possède mon espace d'atelier à Limoilou. Je détiens un baccalauréat et une maîtrise en arts visuels de l’École d'art de l'Université Laval. Depuis mes études, j’encourage, j'organise et je m’engage dans divers projets artistiques pour promouvoir la culture d'ici et rendre l’art accessible à tous. Mon travail fut présenté dans divers projets d'exposition (Manif d'art, Le Lobe, Atoll - art actuel) et dans plusieurs espaces d'exposition nationalement et internationalement tels qu'en Belgique, en Italie et en Espagne. Conjointement à mon travail en arts actuels, j’assume le rôle de médiateur pour la Biennale de Québec, j’enseigne au collégial et je me consacre à l’écriture d'un recueil poétique.

 

Ma recherche-création s’effectue principalement en peinture et intègre le textile, le numérique et l’estampe. Elle s’inscrit dans une exploration continue affluant entre la relation au médium, à la couleur, à la mémoire maternelle et au deuil. Elle se présente comme une catharsis extériorisant des métaphores visuelles profondément connectées aux crises émotionnelles et psychologiques persistantes liées à la maladie, au malicieux, au soufre, au poison de cette gangrène ayant arraché ma mère. Elle sert également de canal d'expression à des sentiments profonds faisant émerger des souvenirs douloureux et des questionnements intimes.

 

Dans une danse imprévisible de couleurs, de masses et de lignes, où transparence, voiles et glacis ajoutent une profondeur à mon travail, l'éclat des couleurs vives et séduisantes évoque une allégresse malgré qu’elles exposent plutôt la souffrance et le traumatisme lié au deuil maternel nébuleux et inachevé. Le passage du vert vivifiant au jaune mucus, métamorphosant la toile au travers de combinaisons acidiques, atypiques, artificielles, saturées et citronnées, symbolise la progression insidieuse de la maladie.

 

Dans mes écrits, je tente d’aborder de manière plus explicite les enjeux sociopolitiques liés à l'aide médicale à mourir ainsi que les réalités du capitalisme dans les industries pharmaceutiques. Ma propre expérience marquée par la décision de ma mère d’avoir recours à l’euthanasie à l’étranger met en lumière les défis posés par les lois restrictives du Québec en matière de fin de vie. À travers mes créations, je souhaite ouvrir un dialogue sur ces thèmes sensibles et injustes mettant en évidence les nuances émotionnelles et les réflexions complexes entourant le choix et le droit à une fin de vie décente.

Etienne Rousseau
Sans titre (détail), 2023
Impression à l'huile sur papier Stonehenge (Monotype)

Originally from Lotbinière, I live and work in Quebec City, where I have my own studio space in Limoilou. I hold bachelor's and master's degrees in visual arts from the École d'art de l'Université Laval. Since my studies, I've been encouraging, organizing and getting involved in various artistic projects to promote local culture and make art accessible to all. My work has been presented in various exhibition projects (Manif d'art, Le Lobe, Atoll - art actuel) and in many national and international exhibition spaces in Belgium, Italy and Spain. In parallel with his dedication to the arts, he acts as mediator for the Biennale de Québec, teaches at the college level and is working on a literary and poetic collection.

 

My research-creation is mainly in painting, and integrates textiles, digital and printmaking. It is part of an ongoing exploration of the relationship between medium, color, maternal memory and mourning. She presents herself as a catharsis, externalizing visual metaphors deeply connected to persistent emotional and psychological crises linked to the illness, the malice, the sulfur, the poison of the gangrene that tore my mother apart. It also serves as a channel for expressing deep-seated feelings, bringing to the surface painful memories and intimate questionings.

In an unpredictable dance of colors, masses and lines, where transparency, veils and glazes add depth to my work, the glow of bright, seductive colors evokes a cheerfulness even as they expose the suffering and trauma of nebulous, unfinished maternal grief. The transition from invigorating green to mucus yellow, metamorphosing the canvas through acidic, atypical, artificial, saturated and lemony combinations, symbolizes the insidious progression of illness.

In my writing, I attempt to address explicitly the socio-political issues surrounding medical aid in dying, as well as the realities of capitalism in the pharmaceutical industries. My own experience, marked by my mother's decision to resort to euthanasia abroad, highlights the challenges posed by Quebec's restrictive end-of-life laws. Through my creations, I hope to open a dialogue on these sensitive and unjust themes, highlighting the emotional nuances and complex reflections surrounding choice and the right to a decent end of life.

bottom of page